Rue Louis Blanc : le Pitbull devenu Amercian Staff (Suite)

Un American Staff, enfermé dans une camionnette a été sauvé par les réseaux sociaux

Un American Staff, enfermé dans une camionnette a été sauvé par les réseaux sociaux Un American Staff, enfermé dans une camionnette a été sauvé par les réseaux sociaux – M.LUCAS

Par Romain Lescurieux de 20 minutes

Il est 19 heures, ce mardi 14 avril, quand Morgan et son amie Tess, aperçoivent à quelques mètres de la station de métro Louis-Blanc (10e arrondissement), un chien enfermé dans la cabine avant d’une camionnette. Interloqués, ils s’approchent de cet American Staff, qui s’avère être très affaibli.

«Il n’avait pas d’air, pas d’eau, pas de nourriture. Et il était marqué par de nombreuses balafres, en plus d’être particulièrement maigre. A bout de forces, presque amorphe», explique ce jeudi à 20 Minutes, Morgan, 22 ans. Les deux jeunes décident alors d’agir pour sauver ce chien qui aurait connu de violents entraînements au combat. Ils prennent des clichés de la situation et repassent chez eux.

«Toute la communauté se sentait concernée»

«Nous avons contacté le commissariat du 10e arrondissement. Mais ils nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas intervenir tant qu’il était enfermé», poursuit Morgan, puisqu’ils étaient «en sous-effectif» ou dans l’incapacité d’intervenir «sans un accord du procureur». Morgan et Tess ne baissent pas les bras. Ils récupèrent de la nourriture pour retourner sur place la lui donner. Et postent un message sur Facebook et plus spécifiquement sur la page communautaire d’entraide de «Wanted Bon plan», qui rassemble plus de 60.000 personnes: Les «wantédiens»

«On a expliqué la situation et on a demandé des conseils aux internautes. Quel recours était possible?», souffle le jeune homme. Il est près de 22 heures, les commentaires affluent alors à grande vitesse. «Nous étions surpris de voir autant de réactivité. Toute la communauté se sentait concernée».

«Appelez la police», «cassez la vitre», «contactez des associations»… La mobilisation 2.0 grandit, s’organise, chacun apporte sa pierre à cet édifice spontané et l’association Giapa pour la protection des animaux saisit la bouteille à la mer. «Entre leurs appels au commissariat et tous ceux des wantédiens, la police du 10e a compris la gravité de la situation et a fini par intervenir», se félicite encore ce jeudi Morgan.

«Le chien wanted»

Trois policiers finissent par arriver sur place, mais aussi une dizaine de «wantédiens» puis une brigade cynophile. Celle-ci ouvre la fenêtre, et passe «un collier autour du cou de l’animal afin de voir sa réaction. Ne paraissant pas agressif, ils arrivent enfin à hisser le toutou hors de la camionnette», relate le site Internet Eleveurs et Pedigrée. «Une fois dehors, le chien marche sur trois pattes, il est très marqué et fait ses besoins comme s’il s’était retenu pendant plusieurs jours», note Morgan.

Rebaptisé «le chien Wanted», il finit par remuer la queue et est pris en charge au commissariat pour la nuit. Le lendemain, l’association Giapa signe une décharge, le récupère et l’amène dans une clinique vétérinaire. «Wanted» y sera jusqu’à ce samedi. Concernant le propriétaire, une enquête est en cours.

Il aurait beaucoup d’œdèmes, de fractures. En cause: de nombreux coups de barres de fer. Mais il est sain et sauf. Une cagnotte a également été créée par Morgan, pour récolter des fonds, afin de payer les frais vétérinaires et pour qu’il puisse être en pension, le temps de trouver une famille d’accueil et avoir un «beau nouveau départ dans la vie», se réjouit Morgan qui tient à remercier la communauté Wanted Bon Plans et son «incroyable générosité».

viaParis: Un chien de combat maltraité, sauvé grâce aux réseaux sociaux – 20minutes.fr.