IX° et X° : Salons de massage et prostitution

https://i0.wp.com/actionbarbes.blogspirit.com/media/02/00/483824021.pngA en croire les déclarations du ministère de l’Intérieur, la prostitution à Paris repose sur trois piliers : en première place le racolage sur la voie publique (en forte diminution), puis viennent les maisons spécialisées, en clair les salons de massage (en forte augmentation) et enfin les sites de rencontres sur Internet (également en progression). Voir aussi une intéressante publication de ce ministère Des nouvelles formes de prostitution en France.

Les habitants du 9e ne seront pas surpris de ces informations. Si en effet la quantité des « bars à hôtesses » a considérablement baissé pour laisser place à des endroits branchés comme c’est le cas rue Frochot à Pigalle, il est incontestable que de nombreux salons de massage se sont installés dans cet arrondissement. Il suffit de se promener rue Rodier, rue Condorcet et alentour pour s’en convaincre. D’après la mairie du 9e, il y en aurait 58 à ce jour. Ici nous en parlons régulièrement depuis 2012 (#salon de massage).

paris,prostitution,salons-de-massage

Voici une carte de Paris publiée très récemment par l’Atelier Parisien d’Urbanisme illustrant bien la concentration des salons de massage dans le 9e (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Cette prostitution cachée se double en fait d’un trafic de femmes, essentiellement asiatiques pour ce qui concerne les salons de massage, semble t-il. Les autorités ont pris conscience du phénomène et la lutte contre cette prostitution et le trafic humain qui va avec a été engagée il y a plusieurs années, sans grand résultat en vérité à ce jour, quoiqu’en dise la préfecture de police.

Dans le cadre de cette lutte anti-prostitution, la maire du 9e, Delphine Bürkli (UMP), a déposé lors de la dernière séance du conseil de Paris mi-mars, un voeu préconisant la mise en place d’un label, en clair une façon de trier parmi les salons de massage ceux qui se concentrent sur une vraie relaxation des clients et ceux qui pratiquent la prostitution. C’est là une initiative justifiée quant à l’objectif mais qui pose pas mal de problèmes dans sa mise en place.

Nous nous sommes procurés le script du débat qui a eu lieu lors du conseil de Paris au cours duquel la maire du 9e, Delphine Bürkli, puis l’adjointe à la maire de Paris chargée de l’égalité Hommes-Femmes, de la lutte contre les discriminations et des Droits de l’Homme, Hélène Bidard, et enfin le représentant du préfet de police se sont exprimés sur le sujet. Assez court, ce texte de délibération est intéressant à lire, expliquant l’approche du problème par les uns et les autres. Vous pouvez le consulter en le téléchargeant le fichier PDF. Le vœu présenté par la maire du 9e a été rejeté par le conseil de Paris.

La lutte contre la prostitution en salons de massage et le trafic humain associé est-elle assez active aujourd’hui ? On a bien peur que la réponse soit non, hélas ! Pour quelques salons fermés, d’autres réapparaissent presque aussitôt. Disons-le crûment, il faut taper là où ça fait mal, c’est à dire au portefeuille. Intensifier les contrôles fiscaux devrait être une piste privilégiée, toutefois on pourrait aussi faire comprendre aux propriétaires des murs de ces salons que l’appât du gain lié à la location de leur boutique les rend complices de proxénétisme, ça pourrait les faire réfléchir, non ?

viaSalons de massage et prostitution : Action Barbès.