Gare du nord : course à la sécurité

Les policiers de la brigade des réseaux ferrés, ceux de la Suge (le service de sûreté de la SNCF), les CRS en renfort et les militaires du plan Vigipirate… Tout ce que la gare du nord (Xe) compte comme forces de sécurité était au garde-à-vous ce mardi matin pour la visite du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a inauguré le nouveau poste de police du site.

Financé par la SNCF, qui a investi 3 M€ dans l’opération, ce nouveau « commissariat » s’étale sur 300 m2 au cœur du hall d’accès aux RER. Il remplace l’ancien local de police (de 80 m2) qui n’était plus à la mesure de la plus active gare d’Europe où se croisent quotidiennement jusqu’à 600 000 voyageurs. Si les effectifs du nouveau poste n’ont pas été augmentés en proportion de la taille des locaux, le dispositif policier devrait cependant permettre plus d’efficacité dans la sécurisation de la gare.

Les horaires d’ouverture du poste de police, désormais calqués sur ceux de la gare, s’étirent de 4 h 30 à 1 h 30 du matin. Les plaintes qui y sont enregistrées sont maintenant traitées sur place, grâce à la présence d’officiers de police judiciaire sur le site. Le nouveau poste de police a par ailleurs été équipé d’un « retour vidéo » (avec accès aux 600 caméras de la gare)… et de locaux de garde à vue qui éviteront d’inutiles déplacements vers d’autres commissariats à chaque interpellation.

Depuis son ouverture en décembre dernier, 72 garde à vue (essentiellement pour des faits de violence) ont déjà eu lieu sur place et près de 500 plaintes ont été enregistrées. « Sur le 1er trimestre, les vols à la tire ont baissé de 14 % et les vols avec violence de 27 % », se félicite Bernard Cazeneuve qui reconnaît de moins bons résultats sur les questions des incivilités aux abords de la gare du nord.

« L’enjeu est crucial pour l’image de la capitale », rappelle Anne Hidalgo. Le quartier qui dispose d’une brigade spécialisée de terrain (BST) depuis l’an dernier concentre une multitude de problèmes (toxicomanie, mendicité agressive…) peu compatibles avec la vocation de « hub touristique » de la gare. « Avec ce nouveau commissariat et d’autres projets à venir (lire ci dessous), cela va changer. Nous n’aurons plus à rougir de la comparaison avec Londres », conclut la maire de Paris.

Une restructuration géante pour préparer les JO ?

Et si la construction du nouveau commissariat n’était que la 1re partie d’une vaste restructuration de la gare du nord ? Guillaume Pepy, président de la SNCF, a annoncé que l’entreprise travaille (avec la Ville de Paris) sur un projet de transformation radicale de la gare, de plusieurs centaines de millions d’euros d’investissement. Des plans, déjà réalisés par l’architecte-urbaniste Jean-Michel Wilmotte devraient être prochainement présentés. Ils prévoient une modification complète des accès de la gare mais aussi une extension des locaux pour faire face à l’augmentation attendue du trafic. « Ce projet pourrait être un atout supplémentaire dans la candidature de Paris pour les JO de 2024 », rappellent des proches du dossier.

viaLa gare du nord met le paquet sur la sécurité.