Fbg St Martin : UNE « EPICERIE CULTURELLE BELGE  » S’INSTALLE DANS LES MURS DE CLAVERIE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le haut de la rue du faubourg St Martin était rentré dans le coma. Les commerces ( Bars,  boutiques, restauration rapide, maroquinerie…)  fermaient  et ferment toujours les uns après les autres. Et puis depuis quelques semaines, on voit percer quelques bourgeons sur les branches mortes. Un petit  air de printemps.

Par ordre d’entrée en scène, il y a  d’abord  » Superbières  » dédié au « meilleur de la bière artisanale  » qui s’installait voilà quelques jours dans les murs du magasin de déco Doolang au 203 rue du Faubourg Saint Martin.  Ambiance sympa. Accueil cool. On est pile poil dans la tendance européenne , voire mondialisée,  des bières locales et du malt petit cru .

Et dans la foulée s’ouvre  OBU ( Organisation des Burgers Unis) au 200  Rue du Faubourg Saint Martin à l’angle de la rue Eugène Varlin . Un décor plastique basique et une définition passablement verbeuse (  » Nous avons cherché les meilleurs produits pour satisfaire vos babines, 100% frais et home-made! Des bières brassées sur toute la planète, et disponibles sur votre table accompagnées de délicieux desserts du monde.« ) mais bon,   ça semble plaire aux palais des burgerovores.

En tous cas, aux inaugurations des deux enseignes , se pressaient   les trentenaires Bobos tendance hipsters ( Barbe  légère de rigueur à une  extrémité et  chaussures pointues  à l’autre encadrant une chemise généralement blanche, qui semblaient tout heureux de trouver en bas de chez eux un espace de conso qui leur ressemble.

Mais le grand mystère c’est qui va reprendre les « Ets A ( pour Auguste le fondateur) Claverie » au 234 rue du Faubourg Saint Martin. Ce fut  l’adresse  mythique et mondialement connue des gaines et corsets de Paris  inaugurée en 1860 et courue  par Arletty, Joséphine Baker et Mistinguett.  Le fond de commerce  n’était plus qu’un spectre.  Alors qui  va reprendre la légende ? Pas le premier venu car le bail n’est pas donné  et  la  boutique  est  inscrite à l’inventaire des Monuments historiques depuis le 29 juin 2011.

Les  travaux de réhabilitation doivent donc se conformer à l’état d’origine. La dernière occupante qui est  en train  de boucler ses derniers cartons dans les boiseries Second Empire  inouïes avec vitraux assortis,  escalier monumental en acajou,  formes d’époque, et lustre  en bronze doré où furent  tournés  tant de films,  n’a qu’une seule et même réponse :   » Ce sera une épicerie culturelle belge ».

Plait-il ? Mais encore ?   » Vous aurez la surprise ».   En tous cas , c’est pour bientôt. Les ouvriers sont  en train de prendre les mesures pour l’épicerie. Culturelle et belge. Googolisez !

Guillaume Malaurie