Pionniers ou inconscients ? Ils se baignent dans le canal de l’Ourcq

C’est la canicule partout en France. A Paris, on erre lentement au gré des rues surchauffées. Un passage dans une supérette climatisée, une petite descente dans le métro… rien n’y fait, la sensation d’étouffement persiste. La pollution par l’ozone n’y est sans doute pas pour rien… (voir l’article du JDD).

Alors, la solution trouvée par le Laboratoire des baignades urbaines expérimentales est simple : plonger coûte que coûte. “OK, quand tu sors de l’eau tu pues, mais c’est comme à la campagne, explique Jérémy, un membre du groupe. C’est risqué ou pas ? Punissable d’une amende certainement : de 15 à 38€ selon les sources. Au niveau sanitaire, discutable aussi (en tout cas mieux vaut faire trempette en amont de Paris qu’en aval : à quand une station d’épuration pour les baigneurs ?). Selon la dermatologue Nina Roos, contactée par « L’Obs », « il y a un risque toxique et de maladies infectieuses, si l’on boit la tasse ou si l’on se baigne avec une éraflure ». Il est conseillé a minima d’éviter de mettre la tête sous l’eau et de prendre une bonne douche en sortant. Ne pas boire l’eau du bassin bien entendu !

Cependant, au même moment les trop rares piscines parisiennes sont saturées : la queue à l’entrée, le bouillon de culture surchloré à l’intérieur. Nous avons même été témoin d’émeutes pour entrer à la piscine Pailleron (19e) ! Paris est largement sous-équipée pour la natation, sans compter la grève endémique des personnels.

On attend bien le plan d’ouverture des barges par la Mairie de Paris, mais c’est pour 2017 et… on étouffe !

La vidéo de la baignade est ici .

Capture d’écran 2015-07-03 à 10.53.09

D’où vient cette idée saugrenue de plonger dans nos eaux fluviales ? On le faisait bien « avant »… Et on le fait bien « ailleurs » : dans d’autres capitales européennes (voir l’article des Inrocks). Et à Bâle (Suisse) c’est même promu par le site de la ville, on s’équipe d’un petit sac étanche, on y met ses affaires, on plonge et on se laisse porter par le courant jusqu’en aval… Bon d’accord l’eau du Rhin arrive directement de la montagne, c’est plus propre !

Canicule à Paris : ils se baignent dans le canal de l’Ourcq – L’Obs.

La baignade version buissonnière – Libé

NF