AirBnB : 18ème, 11ème et 10ème attirent plus de voyageurs que le Marais (Ouest France) .

The Airbnb Inc. application and logo are displayed on an Apple Inc. iPhone and iPad in this arranged photograph in Washington, D.C., U.S., on Friday, March 21, 2014. Airbnb Inc. is raising money from investors including TPG Capital in a financing round that would value the room-sharing service at more than $10 billion, said people with knowledge of the deal. Photographer: Andrew Harrer/Bloomberg via Getty Images

Paris reste le premier marché pour Airbnb. A l’été 2014, le Marais comptait même plus de « locataires » de la plateforme de logements entre particuliers que d’habitants.

Alors que la Ville de Paris vient d’entrer en guerre contre AirBnB, multipliant les contrôles pour lutter contre les appartements meublés touristiques illégaux, le Wall Street Journal publie, lui, toute une série de cartes interactives illustrant la présence prégnante de la plateforme de location de logements entre particuliers dans la capitale française.

Une présence de taille, même. Puisque selon ces infographies regroupées sous le titre « Comment Airbnb prend d’assaut Paris », à l’été 2014, 517 821 personnes, toutes nationalités confondues, ont été hébergées dans la capitale via la plateforme qui vient de lever 1,5 milliard de dollars. Plus fort encore, à lui seul, le quartier du Marais aurait accueilli cet été-là 66 320 « locataires AirBnb ». Soit plus que le nombre d’habitants recensés en 2012 dans cette zone (64 795). Une analyse que conteste AirBnb (lire l’encadré ci-dessous).

Un quart des utilisateurs Airbnb à Paris étaient Américains

Slate tempère, lui, ces chiffres édifiants, en notant que le journal américain englobe sous le terme « Marais » la totalité des 3e et 4e arrondissements de Paris et que tous les utilisateurs Airbnb recensés « n’ont évidemment pas passé l’intégralité de l’été dans la capitale ». Qu’importe les chiffres sont assez surprenants pour illustrer la place importante qu’a réussi à prendre AirBnb dans l’économie touristique parisienne.

LA SUITE ICI