Lisez le X° en chiffres romains et en latin

Au train où vont  les réformes de l’Éducation Nationale, rares  ceux qui seront encore capables de décrypter demain une inscription latine. Même le  français médiéval ou moderne, quasiment ravalé à une langue étrangère,  semble de plus en plus indéchiffrable à nos contemporains..

Paris latin L’Éditeur  Parigramme a donc eu l’excellente idée de demander  à Laurence Gauthier  et à Jacqueline Zorlu, toutes deux latinistes, de rassembler dans un livre « Paris en Latin »  (11,90€) les inscriptions rédigées dans la langue de Cicéron  et glanées sur les Monuments  parisiens.

Il y a les  dédicaces    aux Rois,  aux Ministres,  à L’Empereur ou au vrai Tout Puissant  souvent pompeusement formelles  mais aussi des pépites : « Lave tes péchés et pas seulement ton visage » ( Notre Dame des Victoires),  ou cette citation  de Dionysus Caton dans les Catacombes : «  Partout où tu entres, la Mort te suit, ombre du corps », ou encore «  Comme mon style, ainsi la vie passe, tout en paraissant rester immobile »  ( Lycée Louis Le Grand) , sans oubleir   » L’heure fuit, la Justice reste »  ( Palais de Justice)…

Le latin a ceci de prodigieux qu’il est comme l’anglais capable de ramasser  en quelques petits mots denses les idées par trop bavardes.

Les habitants du X° pourront donc à la fois  regarder et  comprendre ce que veulent signifier Les Portes St Denis et surtout  St Martin.

Sur la pierre de cette dernière, c’est  la pâtée infligée par Louis XIV , dit  Le Grand, aux  Provinces Unies ( nos amis bataves)  qui est exaltée mais aussi  la consécration du Rhin comme frontière  » naturelle » .

St denis st martin

Extrait de « Paris en latin » ( Legenda est Lutetia) Grands et petits secrets des inscriptions latines dans la capitale, par Laurence Gauthier et Jacqueline Zorlu. Eds Parigramme. 11,90€ . www. parigramme.com

Des phrases latines qui fonctionnent aussi comme les bulles d’une BD minérale : quelle peut bien être  cette femme sidérée et hagarde que côtoie un lion blessé et sept flèches  ?

L’ennemi batave à genoux, pardi.  Et vlan  !

Le livre paru l’année dernière semble très bien marcher.  Mérité.

Guillaume Malaurie