Les bobos, les canettes, le canal, Libé et on en passe et des meilleures

Capture d’écran 2015-07-10 à 16.20.31

La rageuse  mise en ligne par Katia Pecnik d’un article de Libé « Vive les canettes de bière et les guitares au canal Saint Martin »  daubant les Bobos qui se plaignaient de voir leur canal transformé en égout a provoqué un vif débat sur la Page Facebook de « Tous les X° » . Comme la mécanique FB enterre rapidement  les débats  dans les profondeurs  de la Home, nous avons décidé  de  sauvegarder  ce sujet dans son intégrité. Vaste débat toujours électrique et  qui  sent le vécu à plein nez . Merci à tous.

Capture d’écran 2015-07-10 à 16.23.16

Maud Van Valen ridicule cet article

  • Raph Bri Le libération me fait de la peine sur ce coup la !
  • Katia Pecnik Toujours cette angoisse de paraitre « réac » alors qu’il n’y a pas de mal à vouloir responsabiliser les petits égoistes qui pique niquent et jettent leurs ordures, nous faisant vivre dans une décharge. Mais encore une fois, pour Libé, les coupables sont les innocents. Et ceux qui doivent subir les nuisances et payer, les lourdingues fachos. Je suis pour une verbalisation efficace de ces sales débiles qui polluent le Canal.
  • Florence Esse Je confirme, cet article est stupide !
  • Jean Yves Latre Y a des coups de pied au culte qui se perdent à la rédaction de Libé…
  • Florence Esse Et bien sûr c’est cet article que le maire choisit de mettre sur sa page FB !
  • Raph Mege c’est vrai, ça ! vomissons, laissons traîner nos merdes : ça, c’est le Paris populaire
  • Sara Tiboise Et bien moi je suis plutôt d’accord avec Libé pour une fois. C’est bien normal de vouloir se retrouver à l’air libre entre amis quand il fait bon. Personne ne s’insurge contre les nuisances sonores et polluantes des voitures, par contre les bruits des gens qui font la fête, mon dieu quelle horreur ! D’ailleurs l’article ne cautionne pas les déchets laissés à tout va. Je trouve vos débats stériles et ridicules. je vous laisse entre gens bien pensants : https://youtu.be/dCHi5apc1lQ

    clip vidéo
    youtube.com
  • Philippe Jaenada Ah ah, au risque de me faire jeter des pierres dans le quartier, il m’a fait sourire, moi, ce papier – et je suis même assez d’accord. Le fameux quartier mythique n’est tel qu’il est aujourd’hui que depuis très peu d’années. Ceux qui y habitaient avant ont dû protester de tout leur coeur contre l’invasion des poussettes, du vin bio et des tartes salées, et contre la multiplication par trois ou quatre des loyers, mais on ne les entendait pas.
  • Raph Bri A tous ceux qui trouvent ça « normal » de laisser le canal en dépotoir chaque soir de ce saint été, j’irai chier sur vos paillassons sous prétexte de mon amusement personnel, on verra si vous approuvez aussi facilement.
  • Grégory Mc Personne ne rouspète contre le fait que les gens utilisent l’espace public et font la fète (perso, je m’en félicite, comme vous)
    On rouspète parce que certaines personnes font la fête de façon complètement irrespectueuse, nuance…
  • Sara Tiboise On n’a jamais dit qu’on souscrivait à la déchetterie à ciel ouvert. L’article en question non plus, pourquoi dire qu’il est « stupide », « ridicule », qu’il y a des « coups de pieds au culte qui se perdent ». C’est un peu facile de faire des amalgames et de se laisser aller à la colère (voir « j’irai chier sur vos paillassons » qui soit dit en passant ferais un bon titre de chanson)
  • Jean Yves Latre Et bien Sara, ce n’est pas ce qui ressort de l’article. Le fond de cet article c’est davantage : j’ai le droit de, parce que j’ai envie de… Et ça, c’est le contraire de la vie en société tout simplement. Ma liberté s’arrête à où commence celle de l’autre… Cette phrase reste à méditer encore et encore.
  • Katia Pecnik Ce débat sur les bobos me sidère. Les loyers sont ultra chers partout gentry ou pas. Les canettes de bière dans le canal sont une abomination, qu on soit bobo, aristo ou prolo on peut penser la même chose. Je ne sais pas d ou vient cette lutte des classes qui n a pas lieu d’être. Les fameux bobos d ailleurs protestent en général juste contre la saleté, la prostitution ou l incivilité…Faut il pour ne pas être sujet de la vindicte des non bobos cautionner les bars à putes, la saleté, les crackhouses qui font c est vrai tellement couleur locale ! Dans ma rue en plus d un bar à chicha qui passe du hip hop pourri à 3 du mat accompagné de hurlements, d un salon de massage donc de prostitution et autres kebabs avec des mecs bourrés qui m accostent en me menaçant, il y avait aussi il y a deux mois une épicerie qui servait de lieu pour prendre du crack avec des prostituées en haut et des bagarres tout le temps. Mais dommage ça a fermé. Ben quoi faut pas être bourge quoi les mecs ! C’est chouette le popu ouvrons svp des lieux comme ça qui ne sont pas pour les bobos ! Je dis ça en adorant mon quartier qui est mixte et chaleureux. simplement je le respecte et je veux qu il reste hospitalier pour tous, ah bah je dois être trop bobo. C est trop bobo de vouloir le bien commun.
  • Philippe Jaenada Le truc, Katia, c’est que vous définissez le bien commun en fonction du vôtre. Moi, les kebabs et les bars à putes, j’aime bien ça. Je préfère en tout cas largement ça aux bars et aux restos qu’on trouve maintenant sur le canal. Sans vouloir polémiquer, il est étonnant que vous pensiez que tout le monde aime les salons de thé bio, les pistes cyclables, les jardinets bien propres. Il faut admettre l’éventualité folle que certains, non, n’aiment pas ça du tout. Que certains peuvent avoir l’impression que le quartier a été « volé » à la population qui l’habitait avant. Bon, je ne suis pas débile, je n’aime pas les crétins qui jettent leurs canettes dans le canal ou qui pissent sur les portes des immeubles, mais c’est ce côté « Le quartier est à nous, maintenant, cassez-vous ou respectez nos règles » qui me gêne un peu.
  • Katia Pecnik Ah g rien contre les kebabs bien au contraire. mais vous aimez bien la bagarre aussi, autant que les bars à putes ? Tant mieux si vous aimez les bars à putes, moi en effet ils me rendent triste car pardon mais vendre son corps n’est dans la majorité pas un facteur d épanouissement. Mais contrairement à ce que vous croyez je ne suis pas dérangée par les goûts des autres. Je suis dérangée par les connards c’est tout. Les connards qui se battent, qui salissent, qui harcèlent les femmes, qui empêchent les autres de vivre dans la paix. Pour moi c’est ça le bien commun et il n’est pas relatif ni en relation avec des critères bobos.
  • Philippe Jaenada Vous détournez la réflexion. Grosso modo, vous dites : si vous n’aimez pas le canal tel que nous le voulons, tel que nous l’exigeons, c’est que vous aimez la violence, la crasse et la commercialisation du corps des femmes. Non, je vous assure. (La même question s’est posée à New York, d’abord à Manhattan puis maintenant à Brooklyn. Il y avait de la violence, de la crasse et de la commercialisation du corps des femmes. Tout a été nettoyé exactement de la même manière qu’on veut le faire sur le canal. C’est bien, on ne peut pas dire le contraire. Le hic, c’est que maintenant, Manhattan (et Brooklyn dans dix ans au plus) est un endroit extrêmement propre et sûr, d’accord, mais triste, fade, clinquant et « mort », on dirait un mélange entre Disneyland et un hôpital de luxe. Et moi, je sais pas si je suis tordu, mais je n’aime pas ça.)
  • Raph Bri Bon alors si il faut des putes, de la violence et de la drogue pour rendre les gens heureux…
  • Philippe Jaenada (Voilà, c’est tout à fait ce que je disais. Au revoir tout le monde.)
  • Katia Pecnik c est vous qui détournez Philippe. Le canal était propre et il est souillé, il le serait s’il se trouvait dans le 8e parce que les gens qui pique niquent sont des abrutis, bobos ou pas. Ne croyez pas que j’adore la gentrification, elle fait perdre l ame des quartiers. Mais depuis le début je ne parle pas de ça. Je parle juste de l’incivilité, et elle n’est l apanage de personne.
  • Florence Esse Posez vous 2 questions : qui sont les fêtards et ( non pas d’ où ils viennent, hipsters ou pas ) pourquoi ?
  • Malaurie Guillaume Ben là , je suis un peu entre deux chaises. D’accord avec Philippe pour souligner que le quartier du canal a été l’objet comme tant d’autres à Paris d’une OPA immobilière en règle. Pas via une opération ZAC mais par le truchement du libre marché. Mais voir dans les bouteilles et les sacs plastiques jetés par paquets de douze dans le canal les emblèmes subliminaux d’une révolte sociale me semble sacrifier à un réflexe un peu daté . Je suis d’accord avec le fait que les bars bio et autres endroits branchouilles excluent ce qui reste de population populaire dans le quartier. Mais cette population est aujourd’hui minoritaire. C’est comme ça; C’est vrai de quasi tous les centre villes européens. Le X° , et pas seulement le canal , sont des territoires où cadres et cols blancs sont majoritaires. Qu’ils créent des lieux à leur image est somme toute logique. S’ils vivaient cadenassés chez eux, que dirait-on ? Moi qui suis là depuis avant l’OPA, j’habitais Quai de Valmy, je peux vous assurer qu’il n’y avait ni Kebab, ni Bar à putes? Il n’y avait rien., C’était beau le canal mais lugubre. Sans restau ( juste un indien) . Et à Stalingrad avant le MK2 , c’était lugubrissime. Le Crack et c’est tout. Autour de L’hôpital St Louis, c’était un no man’s land. Les quais étaient des autoroutes avant les voies vélo installées par Tibéri. Bref, question lieux et activités nocturnes, la boboisation n’a pas tué des masses d’endroits cultes 100% populo. . Le Club de Jazz existait avant . il existe toujours. La boboisation a créé un environnement qu’on peut estimer factice, voir répétitif avec son côté néo-prolo, mais qui est somme tout assez créatif. Je doute que les ménages modestes, souvent des retraités, qui demeurent dans le quartier et qui subissent d’une manière ou d’une autre la pression immobilière soient à l’origine des incivilités. Je suis même sûr qu’ils ne rigolent pas sous cape en murmurant narquois  » Salauds de bourgeois, c’est bien fait pour votre tronche ». D’abord, parce que si ils sont proprios, il espèrent vendre à bon prix. Le papier de Libé peut faire sourire ou énerver. C’est surtout une posture conditionnée;:  » Ah on va se faire ces bobos richards qui vont nicher chez le peuple mais qui ne le supportent qu’à dose homéopathique et propre sur lui. Le vrai problème est plus trivial. Le Canal est aujourd’hui une grande artère touristique de masse de la capitale et comme tout artère de ce type elle est dégeuelassée et exige des brigades privées de nettoyages jour et nuit comme sur les champs ; Le touriste du 92, du 75014, de Montelimar ou de Chine n’est t ni prolo, ni bobo. Il est touriste. Il consomme l’espace touristique, mange , boit et fit pipi où il peut. . Il n’est pas citoyen de ce lieu de transit, pas en revanche de quoi que ce soit, ne lit pas Libé, et veut juste avoir le cliché du canal et des pique-niques vespéraux sympas à la fraiche dans son smartphone. De ce point de vue le papier de Libé est aussi touristique dans son genre. Il  veut faire genre « je fais un maouse clin d’œil à feu  Philippe Murray » et  se révèle  in fine parfaitement cliché.
Katia Pecnik J adore aussi la révolte sociale anti bobos de ceux qui soit en sont ou encore revendiquent une appartenance à une classe de défense du peuple, un peuple fantasmé qui serait la pauvre victime expiatoire du bobo. Dans mon quartier proche de colonel fabien, les jeunes qui y ont de tout temps vécu sont bien contents que ce soit bien plus safe. Les bobos n ont pas fait que des malheureux parce que la classe « défavorisée » n’est pas qu amatrice de glauquerie et de turpitude. Peut être ne mangent ils pas de graines germées mais ils sont bien contents que ce soit moins la zone en bas de chez eux. L’espèce de nostalgie d’un quartier vivant et pourrave qui n a de fait jamais existe me paraît hyper suspecte. Le bobo qui ne commet pour seul crime d avoir un pouvoir d’achat achat qui lui permet de s offrir des plats hors de prix dans des restos un peu ridicules. Comme dit guillaume, avant il n’y avait rien quai de valmy. Des bobos sont venus acheter dans un quartier mort qui était cher au niveau du canal pour la vue. Faut il les engueuler d avoir dérangé des cailloux ?