Marché locatif de bureau : + 27% dans le 3ème, 4ème, 11ème et… le 10ème (Economie Matin)

Bureau PPARTEMENT-LIBRE-RDC-26-RUE-PHILIBERT-DELORME-75017-PARIS-1_Page_1_Image_0001-640x360Le marché des petites et moyennes surfaces résiste mieux et affiche même de bonnes performances pour la tranche inférieure à 1 000 m² (+10 %), alors que le démarrage pour les grandes opérations de plus de 5 000 m² est plus difficile (-52 %). Au niveau géographique, c’est essentiellement Paris intra-muros qui affiche une bonne dynamique (+8 %). « Même si les signes de reprise de l’économie n’ont pas encore bénéficié à l’immobilier de bureaux, la demande enregistrée par nos équipes enregistre un bond de près de 40 % au 1er semestre», constate Guillaume Delattre.

Les mesures d’accompagnement restent élevées début juillet 2015 (21 %). Toujours très soutenues à La Défense (28 %) et dans le Croissant Ouest (26 %), les franchises sont plus mesurées dans Paris (18 %). De même, elles sont plus élevées pour les grandes opérations de plus de 5 000 m² (24 %), tandis qu’elles sont plus modérées pour les moyennes surfaces entre 1 000 et 5 000 m² (19 %) comme en petites surfaces inférieures à 1 000 m² (14 %). La bonne résilience du marché des petites et moyennes surfaces incite à étudier davantage la division des immeubles. « La division recèle quatre vertus majeures : un grand nombre de demandes en petites et moyennes surfaces pour des offres de qualité, un vecteur de différenciation, une bonne tenue des revenus locatifs, tout cela désormais sans impact sur les taux de capitalisation comparé aux immeubles en mono-location », analyse Guillaume Delattre.

Paris QCA se situe sur un rythme de transaction classique avec un volume de 260 000 m² placés au 1er semestre 2015. Ses deux secteurs dissociés, l’Étoile et l’Opéra, pèsent respectivement 60 % et 40 % des volumes de transaction en moyenne annuelle depuis 10 ans. Toutefois, les équilibres évoluent, la taille de ces deux marchés est de plus en plus proche et un rééquilibrage des volumes de commercialisation s’opère au profit du secteur Opéra, lequel offre une gamme de bureaux assez complète. La tendance est clairement haussière dans le secteur Opéra depuis 2010. Pour les actifs « prime », les loyers se situent autour de 750 €/m².

Paris Centre Est connaît un début d’année difficile avec un volume de transactions (76 000 m²) en recul sur un an au 1er semestre 2015 (-19 %) mais avec des résultats différents selon les quartiers.

Tout d’abord, les 3ème, 4ème, 10ème et 11ème arrondissements se portent bien, avec une belle augmentation des transactions par rapport à l’an dernier (+27 %). En revanche, les 18ème, 19ème et 20ème arrondissements connaissent des résultats décevants (-56 %), avec une baisse significative des volumes placés. À moyen terme, Paris Centre Est viendra concurrencer les secteurs traditionnels de l’axe du RER A. Le succès viendra de cette combinaison entre offre neuve de qualité et les nouvelles lignes de transport (tramway, RER et métro).

./…/

LA SUITE ICI