LA SAGA DE L’USINE EXACOMPTA ( L’Usine Nouvelle)

Exacomptaillustration_large

Les pique-niqueurs du canal Saint-Martin à Paris ont parfois la chance d’avoir vue sur l’usine du papetier Exacompta, la filiale d’Exacompta-Clairefontaine située au 132 quai de Jemmapes. Une façade en briques ocre et rouges aux fenêtres à bordures métalliques. Le bâtiment, vestige du Paris industriel, date du XIXè siècle et est classé monument historique.

L’usine a été conçue en 1895 par l’architecte industriel Paul Friesé sur commande de la Compagnie parisienne de l’air comprimé (CPAC) pour sa nouvelle centrale électrique. Paul Friesé a dessiné de nombreux bâtiments industriels, notamment l’ancienne usine électrique de la place de Clichy, ou la sous-station Sèvres devenue l’espace d’exposition EDF-Electra.

 l’ancienne usine électrique de la place de Clichy

 la sous-station Sèvres

Un bâtiment conçu à la verticale

Le site de la CPAC est implanté sur le canal car l’eau est nécessaire à son fonctionnement et les péniches peuvent ainsi apporter le charbon au pied du bâtiment. Il accueille 300 salariés.

Friesé a conçu un édifice tout en hauteur, le terrain étant trop exigu. Chaudières, générateurs, silos à charbon et réserves d’eau se superposent. Un élévateur permet de monter le charbon des péniches jusqu’aux silos. L’architecture atypique de l’usine lui vaut une médaille à l’Exposition universelle de 1900. Elle est aussi longtemps considérée comme l’usine électrique la plus moderne de France.

Multiples reconversions

L’usine cesse de fonctionner en 1928. Le progrès technique rend ses installations obsolètes. La CPAC rencontre des difficultés pour payer les taxes demandées par la ville de Paris. De plus, les riverains se plaignent de la fumée rejetée par la dizaine de cheminées. L’élévateur est détruit et l’usine se reconvertit en atelier textile pour la fabrication de vêtements de travail de la marque Labor. Il devient ensuite un atelier de fabrication de meubles puis un dépôt de presse.

La SUITE ICI