X° : Huit nouvelles cameras de surveillance sur les cent-soixante cinq prévues en 2016 (Le Parisien)

Il y en a pour l’instant 1 144. Mais dès l’année prochaine, 165 nouvelles caméras de vidéoprotection pourraient faire leur apparition au-dessus des rues de la capitale. Trois ans après le lancement du PVPP (plan de vidéoprotection de Paris), la mairie et la préfecture de police s’apprêtent à renforcer le dispositif déjà controversé.

Les besoins de nouvelles caméras et leur répartition dans les 20 arrondissements (voir la carte) seront débattus au prochain Conseil de Paris, à la fin du mois.

3b348eb4-558e-11e5-8dab-00151780182c_1Les nouveaux quartiers sous surveillance. « Il ne s’agit pas de lancer un nouveau plan mais d’adapter l’existant aux évolutions de la ville », insiste Colombe Brossel, adjointe à la maire chargée de la sécurité, comme pour déminer préventivement les polémiques sur le sujet sensible. L’élue rappelle que la nouvelle cartographie de la vidéoprotection a été établie en tenant compte d’abord de questions d’urbanisme.

La moitié des 165 caméras supplémentaires feront donc leur apparition dans des nouveaux quartiers ou des secteurs réhabilités : le boulevard Macdonald dans le XIXe, la ZAC de Clichy-Batignolles dans le XVIIe, la dalle de Beaugrenelle dans le XVe ou encore le secteur des Halles qui va bénéficier à lui seul de 15 caméras de plus. Ces nouveaux équipements feront du Ier, l’arrondissement le plus « vidéosurveillé » de Paris avec une caméra pour… 314 habitants.

Les « ZSP » les mieux dotées. L’objectif n° 1 de la vidéo surveillance reste la lutte contre la délinquance. Les 3 ZSP (zones de sécurité prioritaires) de la capitale vont donc être les principales bénéficiaires de la montée en puissance du dispositif vidéo. Le XVIIIe qui abrite la ZSP Château-Rouge aura 14 caméras de plus, le XIXe ou se trouve la ZSP de Stalingrad en aura 18 supplémentaires.

Quant au XXe (où une ZSP a été créée dans le quartier Saint-Blaise), il bénéficiera de 15 nouvelles caméras. Mais il restera paradoxalement l’un des secteurs les moins vidéo-surveillé de Paris avec une caméra pour 3 300 habitants, soit 10 fois moins que dans l’hypercentre de la capitale.

/…/   LA SUITE