Conseil de quartier Grange aux Belles – Terrage : voeu pour les exilés au Conseil d’arrondissement

L’équipe d’animation du conseil de quartier Grange aux Belles – Terrage a présenté un voeu au Conseil d’arrondissement  du 14 septembre, concernant la situation des personnes exilées séjournant dans l’espace public des quartiers du 10e.

Lors de la réunion du 7 septembre nous avons rédigé un vœu concernant les personnes exilées suite au Conseil de Quartier du 2 juillet.
Lundi 14 septembre, 4 membres de l’équipe d’animation du CQ sont venus soumettre le vœux  au conseil d’arrondissement.
Compte tenu de l’actualité concernant les migrants, notre vœu a suscité d’autres vœux de la part des élus au conseil d’arrondissement. L’ordre du jour a été bouleversé et tous les vœux traditionnellement réservés pour la fin de séance ont  été présentés au début.
L’idée de la table ronde a été retenue par le Maire, M. Féraud, mais sans échéance claire.
Des lieux dédiés aux migrants venaient le jour même d’être désignés par la Maire de Paris, dont un dans le 10ème, que Rémi Féraud ne souhaitait pas nous indiquer dans l’immédiat.
Le détail de ces échanges sera à consulter dans le prochain compte rendu du conseil d’arrondissement sur le site de la Mairie.
L’équipe d’animation attend d’être informée de la tenue de la table ronde pour s’y rendre.
La prochaine réunion de l’équipe d’animation aura lieu le mardi 6 octobre.

 


VOEU PRÉSENTÉ AU CONSEIL D’ARRONDISSEMENT DU 14 SEPTEMBRE

 

Situation des personnes exilées séjournant dans l’espace public des quartiers du 10e

Vœu présenté par l’équipe d’animation du Conseil de Quartier de la Grange-aux-Belles

PRE- CONSEIL D’ARRONDISSEMENT DU 14 SEPTEMBRE 2015

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les élu-e-s,

Mesdames et Messieurs,

Le jeudi 2 juillet 2015, la plénière du Conseil de quartier de la Grange-aux-Belles/Terrage a donné mission à l’équipe d’animation de formuler et de vous adresser le présent vœu.

Les habitant-e-s présent-e-s à la plénière ont été unanimes pour constater que les personnes exilées séjournant dans l’espace public de nos quartiers sont dans une situation qui se dégrade de plus en plus ; celle-ci porte atteinte à la dignité et au respect de ces populations vulnérables au delà de ce qui est tolérable. Par ailleurs, cette situation impacte sévèrement le quotidien des habitants du quartier, de jour comme de nuit, ainsi que des services municipaux.

Depuis 2010, les habitants du 10e vous ont sollicité à plusieurs reprises par voie de courriel, demandes de rendez-vous, pétitions, vœu au pré-Conseil d’arrondissement, afin d’interpeler les pouvoirs publics quant à leur manque de prise en charge des personnes en transit dans nos quartiers qui est compris comme un mépris des conventions internationales signées par la France.

Pour rappel, le conseil de quartier Grange-aux-belles Terrage a toujours été très actif en ce qui concerne l’accueil des exilés dans le quartier. Il a notamment participé à l’ouverture de la Boulangerie bd Ney, à la création du kiosque rue du Faubourg Saint Martin, au financement de l’équipement du centre d’accueil de la rue des Ecluses Saint Martin.

Cependant, au vu des événements géopolitiques actuels nous avons constaté cet été un accroissement de l’arrivée d’exilés et leur présence continue, notamment place Raoul Follereau, qui se maintient encore aujourd’hui.

C’est pourquoi nous vous demandons une nouvelle fois de tout mettre en œuvre pour que chaque personne obligée aujourd’hui à dormir dans l’espace public de notre quartier, ait accès toutes les nuits à un toit décent, puisse envisager des solutions administratives pérennes pour répondre à ses besoins quotidiens en terme d’hygiène corporelle, d’alimentation et de soins, reçoive un certificat d’identité et soit orientée d’une manière pédagogique, avec l’aide d’un traducteur, pour trouver une base de vie adaptée qui lui permette de poursuivre son parcours personnel.

Pour ce faire, nous vous demandons de réunir prochainement à une table ronde, les élu-e-s de l’équipe municipale, les services techniques, les représentants concernés de l’Etat, les bailleurs sociaux, les conseils de quartier, les habitant-e-s volontaires, France Terre d’Asile, Emmaüs, CAMRES, AURORE et l’ensemble des acteurs locaux afin d’élaborer, collectivement un plan d’action viable et sa mise en application.

Et nous vous suggérons de saisir l’opportunité de l’appel à projets de la SNCF au niveau de l’impasse Boutron pour créer un village éphémère d’hébergement avec les équipements sanitaires nécessaires.

Paris, le 7 septembre 2015

NF