Airbnb lève la taxe de séjour surtout dans le …10e, le 11e et le 18e (Le Monde)

airbnb paris

Cela s’appelle montrer  patte blanche. Depuis le 1er octobre, le site américain de location d’appartements entre particuliers Airbnb a commencé, après un accord avec la Mairie de Paris de collecter  la taxe de séjour.

Rien ne l’y obligeait. Selon la législation, c’est au loueur qu’il revient de percevoir la taxe auprès de son locataire. En pratique, rares étaient les particuliers qui en prenaient la peine. Au grand dam des municipalités privées d’un revenu supplémentaire.

Notre gain était « infinitésimal », reconnaît Jean-François Martins, adjoint à la Mairie de Paris chargé du tourisme et des sports. Mais un décret d’août 2015 permet au site de collecter directement la taxe de séjour.

Une aubaine pour Airbnb qui veut à tout prix évite d’être pris pour cible par les pouvoirs publics et ses  concurrents comme le sont Uber, le géant américain de réservation de voitures avec chauffeurs en guerre ouverte avec les taxis, et Booking.com, site de location de chambres d’hôtels, sous le feu croisé de l’autorité de la concurrence et des syndicats hôteliers.

A Paris, l’enjeu est d’importance pour le géant américain qui a débarqué en France  en 2012. En moins de trois ans, la capitale est devenue la première ville Airbnb dans le monde , devant New York ou Los Angeles, les berceaux du site américain. En 2015, 50 000 logements parisiens contre 4 000 en 2012, sont proposés par le site. Une véritable explosion de l’offre quand on sait que la capitale ne propose que 80 000 chambres d’hôtels. /…/

Cet engouement n’est pas un hasard. Les étrangers ou les provinciaux ne souhaitent « pas résider  dans les arrondissements les plus touristiques », explique Nicolas Ferrary. La preuve « les trois arrondissements phares d’Airbnb sont le 10e, le 11e et le 18e ».

Un palmarès  qui recoupe l’activité du site qui a constaté que « 70 % des appartements proposés sont situés hors des zones touristiques ».

Outre un prix abordable, il semble que les touristes cherchent à vivre , l’espace de quelques jours ou de quelques semaines, comme des « vrais » Parisiens.

Voir aussi l’enquête de Mediapart  

et aussi  cet article de Ouest  France ;

« AirBnB : 18ème, 11ème et 10ème attirent plus de voyageurs que le Marais »