Du squat au logement social : le 2 rue de Valenciennes (Le Parisien)

©Francois Lafite/Wostok Press France, Paris 07/01/13 Des militants des associations Droit Au Logement (DAL) et Jeudi Noir ont requisitionne  fin decembre un immeuble de 2000 metres carrés vide depuis 2 ans, au 2 rue de Valenciennes a Paris. Une soixantaine de personnes mal logees ou sans logis y sont installees, dont beaucoup d enfants. French activists for housing requisitionned late december a 2 years unoccupied building in Paris. 60 homeless people and young children set up there.

©Francois Lafite/Wostok Press
France, Paris
0

Épilogue du feuilleton du squat du 2, rue de Valenciennes (Xe). Cet immeuble situé à deux pas de la gare du Nord (Xe) connaîtra le même destin que le célèbre squat de la rue de la Banque (IIe), devenu le symbole de la lutte contre le mal logement.

C’est aussi la fin d’une saga judiciaire qui a opposé pendant deux longues années la Ville de Paris et la propriétaire de la société civile immobilière du bâtiment situé non loin de la gare du Nord. Cet ancien immeuble de bureaux, occupé encore tout récemment par une soixantaine de familles de squatteurs (dont 17 enfants), va bientôt abriter des appartements HLM.

Tout a commencé avec le départ du siège social de la société « Histoire d’or ». L’immeuble reste vacant pendant de longs mois lorsqu’il est réquisitionné en janvier 2013 par le Dal (Droit au logement) et le collectif Jeudi Noir pour y installer des mal logés.

La famille espagnole propriétaire décide alors de mettre en vente son bien et entame une procédure judiciaire pour faire expulser les occupants. Mais c’était sans compter sur une préemption par la Ville. L’affaire se complique… Les propriétaires, qui avaient trouvé un acquéreur pour 7,3 M€, portent l’affaire devant les tribunaux. Le juge de l’expropriation fixe le prix final à 6,5 M€ et le compromis de vente est finalement signé entre la ville et la Société civile immobilière (SCI) espagnole en septembre dernier.

/…/ Quelque 16 appartements (du F 1 au F 4) seront aménagés dans cet ensemble de plus de 800 m2 habitables (après travaux) ainsi qu’un local commercial en pied d’immeuble. Ian Brossat, l’adjoint (PC) d’Anne Hidalgo (PS) chargé du logement, se félicite de l’issue de ce dossier. « Cette opération est emblématique de notre projet de transformer 250 000 m2 de bureaux en logements sous la mandature. Elle participe aussi au rééquilibrage territorial. » Le Xe est un des arrondissements déficitaires en logements sociaux, avec seulement 12 % d’HLM.

Voir Tout L’article