Paris prépare un panier d’aides pour les petits commerçants – via Le Parisien

« Sans eux, la capitale ne serait pas la même ! » Anne Hidalgo le répète à l’envie : les petits commerces font partie de l’âme de Paris et contribuent à sa qualité de vie comme à son attractivité touristique. Avec plus de 62 000 enseignes recensées (soit 28 boutiques pour 1 000 habitants, un record national), les commerces de proximité parisiens — dont le nombre a progressé de 0,8 % depuis 2011 — se portent en apparence plutôt bien.

Monoactivité et déserts commerciaux. Le diagnostic récemment dressé par l’Apur (Atelier parisien d’urbanisme) fait pourtant apparaître de nombreux points « de fragilité » pour le petit commerce dans la capitale : des secteurs entiers minés par la monoactivité, des quartiers populaires où les rideaux de fer restent désespérément baissés sur de nombreux commerces vides, une tendance à l’uniformisation des enseignes dans les zones les plus touristiques… La maire de la capitale présentera un plan d’aide au commerce de proximité pour corriger ces problèmes, la semaine prochaine devant le Conseil de Paris. Inventaire des projets en rayon.

Préemption renforcée dans 12 quartiers. Dès l’année prochaine, la Ville va se doter d’un CRC (contrat de revitalisation artisanale et commerciale) qui sera en vigueur jusqu’en 2028. Ce dispositif, prévu par la loi Pinel sur l’artisanat applicable depuis cet été, reprend les grandes lignes de l’opération municipale Vital’quartier mise en place depuis 2004 dans les sites frappés par la monoactivité ou la désertification commerciale. Le principe est simple. Il permet à la mairie de déléguer son droit de préemption de locaux commerciaux à un opérateur qui peut ensuite sélectionner le type de boutique à réinstaller dans les lieux. Douze secteurs de la capitale devraient bénéficier de ces contrats : Saint-Denis (dans le Ier) ou le quartier Popincourt (XIe) où le commerce vestimentaire de gros est encore trop présent, le secteur des boutiques informatiques de Montgallet (XIIe), mais aussi la plupart des quartiers classés en « politique de la ville » en périphérie des XIIIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissement.

La suite ICI