Ca va saliver à Gare du Nord (Les Echos)

5738758.jpg

Fini les tristes sandwichs avalés sur un coin de table en Formica. La SNCF a décidé de transformer en profondeur l’offre de restauration dans les gares. Cette métamorphose aura comme vitrine la gare du Nord à Paris, l’une des plus grandes d’Europe avec 700.000 voyageurs quotidiens, clients de l’Eurostar ou des trains de banlieue. Une large partie de l’offre de restauration dans cette gare, avec celle de 7 autres situées en province, a fait l’objet d’un appel d’offres remporté par Areas (le nouveau nom en France des activités de concession du groupe Elior).

L’entreprise a présenté mercredi les boutiques qui ouvriront à partir de fin 2016 gare du Nord. L’accent est mis sur la diversité, avec 13 enseignes différentes pour 14 emplacements, et l’originalité : à côté des « marques emblématiques rassurantes » comme Paul, Monop’ Daily et Carrefour, les voyageurs trouveront également un kiosque à pâtisseries spécialisé dans les éclairs, une sandwicherie imaginée par Thierry Breton, l’un des restaurateurs en vue du quartier, ou des marques étrangères à la mode comme Colombus Café, Factory & Co, Five Guys ou La Place, spécialisée dans les fruits frais.

Une appli smartphone

Autre nouveauté, le lancement d’une application smartphone unique pour l’ensemble de ces points de vente. Elle permettra de passer commande et de régler à l’avance son repas à emporter, puis de passer le retirer sans faire la queue. Un service qui devrait être apprécié par les voyageurs pressés, mais aussi par les riverains de la gare à la recherche d’un casse-croûte. La SNCF a tout intérêt à ce que cette offre rencontre le succès. Les redevances acquittées par les commerces en gare lui ont rapporté 180 millions en 2015, un chiffre que l’entreprise compte faire progresser. L’offre de restauration représente 30 % des recettes et contribue surtout, par sa montée en gamme, à augmenter la fréquentation des boutiques non alimentaires.

L’ouverture programmée cet été, toujours gare du Nord, d’un restaurant confié au chef étoilé Thierry Marx alimente cette stratégie, qui sera renforcée par les ouvertures le dimanche, désormais permises dans 12 gares, dont six à Paris.

L. S., Les Echos

Tout l’article ICI