La lutte héroique des fleurettes de pieds d’arbres

Malgré l’incompréhensible politique municipale sur les pieds d’arbre ( Grille ?  Pavé ? Mini cerclage ?  « Stabilisé » supposé laisser  passer l’eau et qui se transforme en   béton  étanche qui  euthanasie les arbres ? Carré en herbe ?  … )  les quelques fleurs plantées ces jours deniers autour des jeunes arbres  suscitent l’admiration ou la pitié quand les canettes, les mégots et les déjections canines les tuent.

Voir le Post sur la végétalisation verte et grise dans le X° sur le Blog   « Tous les X° »

IMG_5636IMG_5637

Pour en savoir plus sur les politiques de végétalisation :

Développer la place de la nature en ville : c’est l’objectif du programme de végétalisation de la mairie de Paris sur la mandature 2014–2020.

En chiffres : 

  • 30 hectares supplémentaires de jardins ouverts au public,
  • 20 000 nouveaux arbres plantés,
  • 200 projets de végétalisation participative dans le cadre de l’opération « Du vert près de chez moi »,
  • développement des fermes pédagogiques, vergers et potagers dans les écoles…
  • 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine.

Des murs et des toits végétalisés

Le programme de végétalisation du bâti

Végétaliser les murs et les toits : pourquoi ?

La Ville de Paris privilégie une végétalisation simple, pérenne et adaptée à chaque situation, du point de vue du développement durable. En plus de leur attrait esthétique, ces nouvelles installations végétales ont de nombreux avantages écologiques :

  • développer la biodiversité ;
  • répondre au besoin d’espaces verts des habitants d’une ville dense ;
  • participer au rafraîchissement de la ville en limitant l’effet « îlot de chaleur urbain », et ainsi lutter contre le changement climatique ;
  • améliorer la qualité de l’air ;
  • améliorer le confort thermique et acoustique des bâtiments.

Les défis de la végétalisation du bâti

Pour atteindre ces 100 hectares d’ici 2020, la Ville de Paris va d’une part, réaliser un vaste programme de végétalisation des bâtiments municipaux ; et d’autre part, proposer des mesures d’accompagnement aux partenaires publics et privés pour les inciter à végétaliser leurs bâtiments.

Des toits et des murs végétalisés, ce sont autant de défis à relever :

  • la végétalisation fait évoluer l’esthétique de l’architecture parisienne ;
  • elle répond à des normes techniques et à des autorisations d’urbanisme rigoureuses ;
  • l’installation et l’entretien doivent être adaptés aux contraintes des gestionnaires.

La Ville de Paris s’engage : les détails du programme

Sur le patrimoine municipal, 20 hectares seront réalisés d’ici 2020 :

  • sur chaque nouveau bâtiment, qui devra comporter un mur ou un toit végétalisé ;
  • sur au moins 300 équipements municipaux existants (écoles, crèches, équipements sportifs, bibliothèques, etc.) ;
  • sur des murs situés sur l’espace public.

La Ville soutient la végétalisation du bâti sur le domaine privé également :

  • Appui technique à la végétalisation : guides techniques (à télécharger ci-dessous), formation de conseillers relais et points d’information (plus d’informations à venir sur Paris.fr) ;
  • Évolution en cours du Plan local d’urbanisme (PLU) ;
  • Création d’un « permis de végétaliser » autorisant les Parisiens à mener des initiatives sur l’espace public ;
  • Création d’une plate-forme collaborative en ligne (à venir prochainement) ;
  • Conférence internationale sur la végétalisation du bâti en milieu urbain (19 mai 2015).