Paris 10e : les élus mobilisés pour un traitement humanitaire des migrants

Paris 10e arrondissement… En ce mois de juin pluvieux, et outre les divers incidents, attentats, vandalismes et manifs en tout genre que nous évoquons par ailleurs, l’arrondissement, population comme élus, est confronté à la réalité de la crise migratoire.

« Les migrants », c’est bien une réalité pour les habitants du 10e arrondissement et alentours, un problème humain. Au quotidien, ces hommes, jeunes, familles arpentent nos rues, en général paisiblement, du montage d’un camp à son évacuation, de la Halle Pajol à Stalingrad, en passant par La Chapelle, le quai de Jemmapes, la place Raoul Follereau : puisque le regroupement est la seule façon pour les « migrants » d’être pris en considération, au moins pour un instant.

Paris : les migrants investissent à nouveau Stalingrad – Le Parisien

5883895_f27fa194-3247-11e6-b05b-014ca01bb93f-1_1000x625

 

Face à cette situation, les élus du 10e arrondissement, Rémi Féraud (PS) et Déborah Pawlik (LR), montent au créneau chacun de son côté et réclament une prise en charge décente et réaliste par l’Etat.

 


Rémi Féraud (PS), Maire du 10e arrondissement

Rémi Féraud et la majorité municipale du 10e appellent à un rassemblement le vendredi 17 juin à 18h, devant le 191 quai de Valmy pour demander à l’Etat la réquisition de ce batiment vacant depuis de nombreuses années afin d’héberger dignement les migrants et de faire face au mal-logement.

Texte de l’appel

Appel pour la réquisition par l’Etat de l’immeuble vide du 191 quai de Valmy

Vendredi 17 juin à 18h se tiendra le deuxième rassemblement pour exiger la réquisition du batiment de l’ancienne SERAP, 191 quai de Valmy, bâtiment vide depuis plus de 10 ans, afin de pouvoir accueillir et loger les migrant-es.

La Ville de Paris avait appliqué son droit de préemption lors de la vente de cet immeuble début 2015. L’objectif était de réaliser 21 logements sociaux et 2 locaux commerciaux en pied d’immeuble dans ce bâtiment de près de 1000 mètres carrés.

Refusant de céder l’immeuble à la Ville de Paris, les propriétaires ont retiré l’immeuble de la vente.

Cette affaire est emblématique de la lutte qui fait rage entre ceux qui défendent le logement social pour une ville pour tous et ceux qui ne jurent que par le profit et la spéculation.

Le 1er février 2016, le Conseil d’arrondissement du 10ème a adopté un vœu rappelant que l’ordonnance de 1945 et la loi de 1998 autorisent la réquisition d’immeubles vacants pour héberger des personnes mal-logées et demande que « le Préfet de Paris examine la possibilité de réquisitionner l’immeuble situé au 191 quai de Valmy en vue d’augmenter le nombre de places d’hébergement d’urgence ».

Alors que de nombreux migrants dorment à la rue, et vont de campement en campement, l’Etat doit assumer ses responsabilités et mener une véritable politique d’anticipation pour faire face à la saturation des hébergements d’urgence.

C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement le 17 juin à 18H, devant le 191 quai de Valmy pour demander à l’Etat sa réquisition afin d’héberger dignement les migrants et de faire face au mal-logement.

Rémi Féraud, Maire du 10ème arrondissement

Didier Le Reste, Elu du 10ème arrondissement PCF-FDG, Conseiller de Paris

Anne Souyris, Elue du 10ème arrondissement, co-présidente du groupe écologiste de Paris




Déborah Pawlik (LR), Conseillère de Paris

Je suis intervenue en séance au Conseil de Paris ce soir dans le cadre d’un voeu déposé par les verts concernant le projet de construction d’un centre humanitaire.

Avec Pierre-Yves Bournazel intervenu lui aussi sur la question des campements sauvages installés dans les 10e et 18e arrondissements, nous avons mis au coeur de notre propos les riverains, grands oubliés de la maire de Paris !

Vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention.

Madame le Maire,
Chers collèges,
Depuis des mois, la place Raoul Follereau, la Chapelle, le Canal Saint-Martin ou encore le jardin d’Eole, sont le lieu d’installation précaire de réfugiés. Ils y vivent dans des conditions indignes et inhumaines, que l’on ne peut accepter aujourd’hui.
Cette situation est le résultat de la politique – ou plutôt l’absence de politique – du gouvernement en matière d’immigration.
Face à cet état de fait, la maire a décidé de réagir. Je dirais « enfin ».
Nous ne sommes pas opposés par principe aux centres d’accueil et d’hébergement, il en existe d’ailleurs déjà qui ne posent pas de problème. je dis centres au pluriel et non un centre car à mon sens il serait préférable de disposer de plusieurs structures à taille humaine.
Nous sommes en effet pragmatique en la matière, notamment face à la situation de centaines de riverains qui eux aussi subissent au quotidien les nuisances inexorables entrainées par ces campements sauvages.
Toutefois, les conditions pour la bonne efficacité du dispositif sont nombreuses :
– La concertation avec l‘état est tout d’abord indispensable. Je rappelle qu’il s’agit ici d’une mission régalienne de l’Etat. Il doit donc accompagner les demandeurs d’asile et prendre en charge les reconduites à la frontière pour ceux qui n’en relèvent pas

– Les maires d’arrondissement et les élus, premiers relais auprès de la population, doivent aussi être informés et associés,

– Autre condition essentielle : la création d’un tel dispositif doit s’intégrer dans le quartier concerné, avec une consultation des habitants. L’embargo que vous avez décidé de placer sur le lieu d’implantation tant que les travaux ne sont pas commencés, comme l’a précisé Anne Hidalgo lors de la réponse à la question d’actualité, ne nous semble pas un choix acceptable par les riverains. Le choix du lieu est par ailleurs essentiel, car à vrai dire, la densité urbaine n’est pas une question anodine.

– Enfin, les associations dont l’engagement n’est plus à prouver et qui sont, nous le savons, partie prenante au projet, doivent effectivement bénéficier de de l’expertise du HCR.

Aujourd’hui, ces conditions ne semblent pas réunies, nous attendons donc des précisions de votre part madame Hidalgo !!!

En attendant, nous voterons le vœu des écologistes qui propose d’associer le HCR pour bénéficier de son expertise, en revanche, nous voterons contre le vœu de Danielle Simonnet.

 

Nathalie Fiks

 

Voir aussi (par ordre chronologique inverse) :

https://tousles10e.com/2016/06/10/le-camp-de-refugies-sera-porte-de-la-chapelle/

https://tousles10e.com/2016/05/06/exclusif-les-coleres-du-maire-du-x-sur-la-gestion-par-letat-des-camps-de-migrants-entretien/

https://tousles10e.com/2016/04/19/un-regard-sur-le-campement-de-stalingrad-nerves/

https://tousles10e.com/2016/03/30/evacuation-des-6hs-du-campement-du-bld-de-la-chapelle/

https://tousles10e.com/2015/12/03/camp-de-refugies-de-la-place-r-follereau-quand-les-elus-debattent/

https://tousles10e.com/2015/12/02/camp-de-refugies-de-la-place-raoul-follereau-lappel-dun-resident/

https://tousles10e.com/2015/06/02/camp-de-la-chapelle-evacue-par-le-monde/

https://tousles10e.com/2015/05/29/campement-la-chapelle-evacuation-et-hebergement-imminente-du-fait-dun-risque-epidemique-tf1/

https://tousles10e.com/2015/05/11/xe-max-havelaar-campe-rue-jean-poulmarch-le-parisien/