Le « Camp Humanitaire des Migrants » devrait être installé dans le XVIII°

Elle-est-l-une-des-seules-migrantes-a-avoir-accepte-de-poser-de-dos.jpg

Depuis quelques jours nous, « Tous les X° » recevons des messages contradictoires concernant l’emplacement qui sera retenu pour le « camp humanitaire pour réfugiés » décidé par la Mairie de Paris.

Anne Hidalgo se refusant à indiquer le lieu précis, le jeu des rumeurs va bon train.

Le 7 juin, le Parisien croyait comprendre que ce serait peut-être « Porte  de la Chapelle (XVIIIe), sous l’échangeur de l’autoroute, tout près du stade des Fillettes. »

Le 28 juin, tombe une dépêche sibylline suite à une communication de la Mairie : « Mi-juin, un site a été retenu dans le nord de Paris, à proximité des quartiers de la gare du Nord et du boulevard de la Chapelle où les réfugiés sont présents. La semaine dernière, les premiers travaux d’aménagement ont débuté ».

Les riverains du Boulevard de la Chapelle qui sont régulièrement impactés par les camps de migrants successifs mais aussi par les toxicomanes (Voir la localisation proche dans l’Hôpital Lariboisière de la Salle de Shoot) nombreux autour de la Gare du Nord ne cachent pas leur inquiétude en cas de nouveau point de fixation.

« Tous les X° » vient donc de contacter le Maire du X° Rémi Féraud.

Voici sa réponse : « Tout dépend ce qu’on appelle « près de ». La Ville ne communiquera pas pour le moment sur le lieu. Je peux juste vous dire qu il ne sera pas dans les 10e ».

Sachant que le boulevard de la Chapelle sert de ligne de partage entre le X° et le XVIII°, ce sont bien tous les quartiers Nord du X° comme du XVIII° Sud traversés par le réseau ferroviaire qui seront vraisemblablement concernés même si le site  du Camp Humanitaire est localisé sur le XVIII°.

Capture d’écran 2016-06-28 à 17.42.01.png

Il est exact que les migrants, souvent rapatriés de Calais, tournent autour de la la Gare des eurostars. Dès lors, il est sans doute plus aisé pour les associations familières des lieux,  de rentrer en contact avec les migrants pour les accueillir dans la dignité sur un camp en dur disposant de tous les équipements sanitaires.

Reste à savoir si les riverains qui ont fait jusqu’à ce jour preuve d’une très grande patience et d’une très  grande humanité n’éprouveront pas une certaine lassitude à être encore et toujours en première ligne.

Guillaume Malaurie