QUEL DÉPUTÉ OU QUELLE DÉPUTÉE POUR LES X° ET III°ARRONDISSEMENTS ? Par Guillaume Malaurie

 

La V° circonscription qui réunit les 3ième et le 10ième arrondissements  n’est plus la citadelle imprenable du PS.

Elle suscite même bien des  convoitises à la veille des élections législatives.

Certes, la députée PS sortante Seybah Dagoma, 39 ans,  a du ressort. Elle avait raté de peu  l’élection au premier tour en 2012 (43,97% des voix)  mais avait atomisé son adversaire UMP avec 72,08% des suffrages exprimés.

Reste que cette avocate spécialisée dans les entreprises en difficulté s’est surtout investie à l’Assemblée Nationale sur les dossiers de politique étrangère et européenne et même si elle préside depuis peu  Business France, la principale structure française d’aide au développement des entreprises tricolores à l’étranger, cette passion  ne lui a  pas permis de capter toute la lumière nécessaire.

Surtout, la candidate PS  (Pierre Aidenbaum, le  maire PS du 3ème est son suppléant) doit affronter des jeunes loups et louves,  trentenaires comme elle , qui savent que si l’hégémonie du PS  reste forte dans l’est parisien  elle a du plomb dans l’aile.

Dernier arrivé jeudi 11 Mai, Benjamin Griveaux,  39 ans, le porte-parole d’En Marche qui fait partie du tout premier cercle d’ Emmanuel  Macron et promène sa bobine sympatoche sur tous les écrans.

C’est le col blanc hipster comme ils pullulent  dorénavant dans  le X°  : fils d’un notaire et d’une avocate,  diplômé de Sciences Po Paris (1999) et de l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC), il biberonne vite aux réseaux rocardiens et strauss-kahniens, travaille pour Unibail  en qualité de directeur de la communication du premier groupe européen coté d’immobilier commercial présent dans toutes les  grandes villes européennes. Voir Bio

Points forts  :  une séduction pateline, une  surexposition médiatique et l’élan de son patron Président Emmanuel Macron.  Handicaps : inconnu localement d’autant qu’il était  jusqu’ici  vice-président PS  du Conseil général de Saône-et-Loire et  vice-président  de l’agglomération de …  Chalon-sur-Saône. Et surtout Benjamin Griveaux pourrait bien être à la tête d’un Ministère ou d’un Secrétariat d’État. C’est donc son suppléant  ou sa suppléante, fantôme pour le moment,   qui ramasserait la mise.

Beaucoup mieux implantée , Déborah Pawlik 36 ans qui laboure inlassablement  le X° depuis 2014. L’année où elle rentre en scène électorale et  où elle est battue sèchement mais  sans être humiliée  par l’indéboulonnable Rémi Féraud : 33,96% contre 66,04% des voix .

Déborah Pawlik est LR mais de  tendance tempérée.  Elle  fut la prote parole de  Nathalie Koziusko Morizet aux élections municipales  et affirme sa volonté de ne pas seulement passer par le X° comme ses prédécesseurs UMP.  Mais d’y rester durablement. Elle est conseillère à la Mairie de Paris et Conseillère Régionale d’Ile de France.

Son objectif stratégique, c’est la Mairie.

Points Forts : l’implantation militante, une ligne modérée dans un arrondissement où les cadres sont majoritaires, quand bien  même elle n’y va pas avec le dos de la cuillère sur les questions sécuritaires..  Handicap : la crise profonde  de la Droite  et un rayonnement plus X° que III°.

Une Mairie qui d’ici quelques semaines sera orpheline de son Maire Rémi Féraud qui part au Sénat. Il sera remplacé en cours de mandat,  désigné serait le mot exact,  par Alexandra Cordebard,  adjointe d’Anne Hidalgo, chargée de toutes les questions relatives aux affaires scolaires, à la réussite éducative, aux rythmes éducatifs et ancienne première adjointe de Rémi Feraud.

Un choix discuté et parfois contesté en sourdine dans la majorité PS-EELV.  Par les écologistes notamment.

Des écologistes qui conservent une assise électorale non négligeable dans le Xième.  Autour de 10%. Cette fois, ils présentent Julien Bayou qui peut  faire valoir un  passé associatif nourri  avec  le collectif « Jeudi Noir »,  « Génération Précaire », « Sauvons les Riches » et plus récemment  » Nuit Debout ».  Il a une formation solide, des réseaux dans les média  et  a pu accéder à un rôle de premier  plan (Porte Parole)  dans un EELV  en débandade générale.

Plutôt vert foncé, il se rangeait derrière Eva Joly en 2012 contre Nicolas Hulot avec le succès que l’on sait.

Ses points forts : une belle énergie, des diners d’appartement tous azimuts, un pactole de voix écolo disponible. Ses handicaps : une réputation « gauchiste » dans des  arrondissements de plus en plus  embourgeoisés et la décomposition accélérée d’ EELV .

Un joker : la possible investiture des Insoumis  qui lui permettrait de mobiliser à la gauche du PS  encore qu’il devra de toute manière affronter la candidature de Didier Le Reste  du Parti Communiste. « 40% des voix se sont portées sur les projets de Mélenchon, Hamon et Jadot,  écrit-il, les 3e et 10e arrondissements peuvent  donc être représentés par un-e député-e de la gauche écologiste. »

Une élection qui peut donc révéler bien  des surprises. Et notamment une  triangulaire ou même une quadrangulaire. C’est le rêve secret de Déborah Pawlik (LR), de Julien Bayou et de Benjamin Griveaux ( La République en Marche).  Mais c’est le cauchemar de Seybah Dagoma (PS).

 

Guillaume Malaurie

 

Nota Bene : les rapports  de force au regard de la présidentielle 2017 , 1er tour.

Dans le Xième et dans le IIIième :